Vincent Mongis & Thomas Deblay : Repenser la mer avec Caribe & Sea

Vincent, 19 ans (G) et Thomas, 20 ans (D), sont les co-fondateurs de la start-up Caribe & Sea qui a pour but de démocratiser l’accès à la mer et aux activités nautiques en facilitant la location d’embarcations entre particuliers :

Bonjour Vincent et Thomas, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

– Vincent : Bonjour, je m’appelle Vincent, je suis un jeune entrepreneur. J’ai quitté mes études de médecine il y a un an et aujourd’hui je suis à la tête d’une start-up de location de bateaux entre particuliers, Caribe & Sea. J’ai également monté une start-up de distribution de compléments alimentaires avec un ami, et j’accompagne les entrepreneurs sur internet à propulser leur business au niveau supérieur.

– Thomas : Bonjour, moi c’est Thomas, comme Vincent je suis entrepreneur mais je suis également des études d’informatique, domaine que j’aime beaucoup et qui permet de créer. Je fais également des formations pour aider les gens qui veulent monter des start-ups en leur donnant les bonnes techniques, puisque nous nous sommes formés auprès des meilleurs dans le monde entier, ce qui fait que nous avons des connaissances poussées que nous essayons de transmettre.

Qu’est-ce que c’est exactement Caribe & Sea ? 

– Vincent : C’est un service qui permet aux propriétaires de bateaux de rentabiliser leur embarcation, puisqu’il faut savoir qu’il y a des coûts d’entretien, d’assurance et des frais de port élevés qui peuvent représenter environ 10% du prix d’achat initial du bateau chaque année, ce qui fait que certains propriétaires stockent leur bateau chez eux. On permet également aux locaux ou aux touristes d’accéder à des embarcations variées et de ne pas avoir à demander à des amis, à des professionnels qui coûtent cher lors d’évènements comme le Tour des Yoles par exemple. Le but est vraiment de démocratiser l’accès aux activités nautiques, que cela devienne normal. On est sur des territoires entourés d’eau et on n’en profite pas assez.

– Thomas : Il y a vraiment moyen d’en profiter. Même nous ça nous fera plaisir d’utiliser Caribe & Sea puisqu’on a vraiment envie de profiter de la mer. Tout ce qu’on fait c’est pour apporter de la valeur aux gens. On a des compétences et on essaie de les mettre en pratique pour faire de bonnes choses. Ce sera bon pour l’économie de l’île et pour tout le monde.

– Vincent : C’est aussi un problème qu’on a ressenti nous-mêmes donc on a pensé à mettre en place une solution.

Combien êtes-vous dans l’équipe ? 

– Thomas : Juste nous deux. Nous sommes les co-fondateurs mais on a des gens extérieurs qui viennent nous aider par exemple pour la conception du site, mais on fait appel parfois à des gens qualifiés.

– Vincent : On essaie de bien s’entourer en fait. On travaille avec des partenaires comme pour les assurances.

A quel moment avez-vous eu le déclic nécessaire pour vous lancer ? 

– Vincent : En rentrant du Tour des Yoles en aôut, on s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup de gens sur la plage et qui n’avaient pas pu avoir accès à des bateaux, et en rentrant au port on s’est rendu compte qu’il y avait plein de bateaux inutilisés. On s’est dit qu’il fallait les mettre en relation pour d’un côté rentabiliser l’embarcation et de l’autre avoir accès à un bateau. Après réflexion on s’est dit que ce serait mieux qu’ils soient mis en relation avec la plateforme pour seul intermédiaire.

– Thomas : On n’a pas vraiment hésité. C’est Vincent qui a eu l’idée initialement et quand il est venu m’en parler on n’a pas hésité. On sait qu’on a ce problème là et ça nous embête donc pourquoi ne pas régler ce problème. C’est aussi de ça que sont parties toutes les grandes start-ups. Une solution apportée à un problème. Dans entrepreneuriat il ne faut pas hésiter à passer à l’action, sans pour autant foncer tête baissée. On s’est lancé rapidement dedans mais on a pris le temps de bien construire.

Quel est votre objectif final avec Caribe & Sea ?

– Vincent : C’est vraiment de rendre accessibles les activités nautiques dans toutes les îles de la Caraïbe.

– Thomas : Le problème est pareil en Guadeloupe, à St-Domingue etc donc pourquoi ne pas le faire partout ? On se dit même que des gens qui ont une embarcation en Martinique et vont en Guadeloupe pourraient passer par la plateforme pour aller faire un tour sur la mer et vice-versa. C’est ça l’objectif final.

Est-ce possible de passer par Caribe & Sea pour tous types d’embarcations ?

– Vincent : Dans un premier temps on se concentre justement sur les bateaux à moteur, les jet ski, les embarcations “moyennes”. On ne vise pas encore les catamarans par exemple puisqu’il y en a déjà en location.

– Thomas : Au niveau des réglementations aussi c’est différent, donc pour ne pas s’éparpiller on préfère se concentrer sur les bateaux à moteur etc et le faire bien. Une fois que ce sera fait, les gens qui ont des catamarans pourront se dire d’eux-mêmes “Ça a l’air d’être un marché rentable, pourquoi pas ?” et ça viendra tout seul.

Moi qui n’ai pas le permis bateau, est-ce que je peux quand même utiliser votre service ?

– Vincent : Justement on a pensé à vous ! *rires*. On vous met en relation directement avec des skippers, on travaille avec un petit groupe de personnes qualifiées qui connaissent la mer. Si vous n’avez pas le permis bateau ce n’est pas un problème et si vous n’avez pas envie de vous embêter avec la navigation ce n’est pas un problème.

Qu’est-ce que vous dites à quelqu’un qui pourrait avoir peur de laisser son embarcation par peur qu’elle soit abîmée par exemple ?

– Vincent : On leur conseille de passer par un skipper, parce que ce sont des personnes qualifiées. Ils sont là également pour les propriétaires. On leur propose également une assurance tous risques à la journée puisqu’on travaille avec Allianz.

– Thomas : Lorsque les propriétaires vont commencer à utiliser Caribe & Sea ils vont préférer passer par un skipper justement pour qu’ils soient rassurés. On va également former tous ceux qui utilisent notre service pour qu’ils sachent où vérifier sur leur bateau, avec des gens qualifiés. On veut instaurer cette atmosphère de confiance pour que tout se passe bien et qu’ils puissent laisser leur bateau sereinement.

– Vincent : On voit vraiment les propriétaires comme des partenaires et pas vraiment comme des clients donc il y a une vraie relation de confiance

– Thomas : Certains propriétaires nous ont déjà appelé à ce sujet d’ailleurs, donc on a pris leurs avis et suggestions pour s’améliorer pour faire en sorte de limiter le risque au maximum, même si le risque 0 n’existe pas.

– Vincent : Il y a également un état des lieux d’entrée et de sortie, et les propriétaires peuvent décider d’être à bord si ça peut les rassurer, pour voir comment ça marche et ensuite le laisser à des skippers.

Comment se passe le paiement entre le propriétaire et le locataire de l’embarcation ? 

– Vincent : On a voulu éviter ces transactions à la main justement, les paiements sont possibles directement sur la plateforme. Pour éviter les remboursements, annulations etc, on réserve directement sur le site et on est débité une fois que la prestation est effectuée, ce qui permet que l’échange se passe bien. Ensuite on peut noter le propriétaire, le skipper, qui eux aussi peuvent noter le locataire.

– Thomas : La notation permet également d’instaurer la confiance. Si quelqu’un est bien noté tu auras plus tendance à aller vers cette personne. Autre point important, le propriétaire peut décider de refuser une location, c’est lui qui décide ou non s’il accepte de louer son embarcation.

– Vincent : C’est également lui qui fixe son prix. Une fois qu’un locataire le contacte pour une réservation, il lui envoie un petit “CV nautique” pour savoir comment il navigue ou alors il passe par un skipper.

Avez-vous rencontré des difficultés jusqu’à maintenant pour monter tout cela ? 

– Vincent : Un peu pour la plateforme. Pour le moment on met les gens en relation un peu “à la main” donc si des gens veulent louer, on peut déjà les mettre en relation avec des propriétaires et/ou des skippers en passant par cette adresse mail : “caribeandsea@gmail.com“. Là on met en place la plateforme, c’est ce qui nous prend un peu de temps mais ça arrive.

– Thomas : C’est une plateforme assez lourde, il faut que ça supporte du monde, pour éviter les bugs. On s’est dit qu’on pourrait déjà mettre les gens en relation, donc pour le moment on a un mail. Ça nous permet aussi de voir ce qu’il faut qu’on ajoute sur notre plateforme parce qu’en le faisant à la main on s’est rendu compte que les propriétaires pouvaient avoir besoin de telle ou telle chose. On ajuste pas à pas.

Question un peu bête, mais pourquoi avoir choisi de vous commencer aux Antilles et pas sur la Côte d’Azur par exemple ? 

– Thomas : Déjà parce que nous sommes antillais et on veut faire ça chez nous, à la maison ! *rires*. Ensuite comme j’ai dit, c’est un problème qu’on a ressenti, on ne l’a pas ressenti sur la Côte d’Azur, même si qui sait, ça aurait pu nous arriver mais on préfère faire ça chez nous. On dit souvent que les jeunes partent et ne font rien chez nous, là on fait quelque chose et ça pourrait changer la vie de beaucoup de gens. En plus on connaît les gens, le marché. On a déjà des contacts, on connaît la mentalité. C’est limite une concurrence déloyale pour ceux qui voudraient venir d’ailleurs et essayer de s’implanter aux Antilles *rires*.

A quel stade en êtes-vous du lancement ? 

– Vincent : En ce qui concerne la plateforme, elle est presque terminée, on ne veut pas la lancer et qu’il y ait des bugs. Si des gens veulent déjà louer des bateaux ou mettre leur bateau en location c’est déjà possible, mais pour la plateforme c’est presque fini et ça va bientôt voir le jour.

– Thomas : On a une page Facebook, un site internet qui nous ont permis d’avoir beaucoup de feedback et de la visibilité auprès des gens. On sait déjà que notre service plaît et que c’est à nous de bien faire les choses, sans se précipiter.

Sous quelle forme va apparaître Caribe & Sea ? Juste un site web ou une application est prévue ? 

– Thomas : C’est mon domaine justement *rires*.  Il y aura deux temps en fait. D’abord le site web où il sera possible de rechercher les bateaux, être mis en relation avec le propriétaire et faire la réservation. Dans le deuxième temps on passera à l’application, sur laquelle ce sera beaucoup plus intuitif. Mais le site web sera vraiment la base, parce qu’on a des propriétaires qui ne sont pas forcément jeunes et pour qui ce sera plus adapté, pour que tout le monde puisse y avoir accès sans forcément avoir à télécharger une application.

Comment voyez-vous Caribe & Sea dans 10 ans ? 

– Vincent : On aimerait que les gens voient ça comme une sortie au cinéma par exemple. Que si des amis veulent sortir, qu’ils mettent chacun une certaine somme et c’est bon, ils sont prêts à sortir sur l’eau.

– Thomas : On veut également que les touristes qui viennent puissent découvrir des endroits grâce aux skippers. Même pour nous, on aimerait vraiment se réveiller, qu’il fasse beau et qu’on se dise “Je vais louer un jet-ski ou un bateau avec mes amis”. On veut vraiment que ça s’installe dans les mentalités, que ça devienne un réflexe.

– Vincent : Le but est aussi de mettre en avant l’économie de l’île, que le tourisme soit de plus en plus développé et que les touristes échangent avec les locaux.

Est-ce que vous auriez un mot de la fin pour les lecteurs, les jeunes qui voudraient entreprendre par exemple ? 

– Thomas : J’ai vraiment un mot de la fin pour les jeunes. La seule chose qui les sépare de entrepreneuriat à l’heure actuelle c’est le premier pas. Ils ont juste à faire le premier pas et aller chercher comment font les meilleurs, pour devenir eux-mêmes entrepreneurs. Ils n’ont pas besoin d’être des génies, la seule chose à faire est de se dire “Aujourd’hui je suis entrepreneur, je vais m’éduquer pour entreprendre et monter quelque chose”.

– Vincent : L’important est aussi qu’ils croient en eux. Parfois ils peuvent se dire que l’autre a réussi parce qu’il avait l’entourage ou l’argent et souvent c’est faux, les grands entrepreneurs partent de rien et croient en eux. Croyez-moi les autres ne croient pas en eux, donc faites ce petit pas de plus, croyez en vous, mettez les choses en place.

– Thomas : Ce qui sépare les entrepreneurs des non-entrepreneurs, c’est le simple fait de passer à l’action alors allez-y !

Retrouvez toute l’actualité de Caribe & Sea ici:

Site internet: Caribe & Sea

Facebook: @Caribeandsea

Merci à Thomas et Vincent pour avoir répondu à nos questions, ainsi que pour le temps qu’il nous ont accordé. Nous leur souhaitons bon courage pour la suite de l’aventure Caribe & Sea.

Be an Influencer !

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *